Ces entreprises qui profitent du CICE mais qui détruisent des emplois !

Le bilan de la honte

 

 

Capture d’écran 2016-04-13 à 02.14.21

Air France/KLM : le PDG du groupe, Alexandre de Juniac, annonce, en grande pompe, un plan de restructuration s’étalant sur 2 ans : 1 millier d’emplois vont être supprimés en 2016, sur les 2900 prévus à terme.

Auchan : A supprimé, en 2014, 800 postes de cadres (chefs de rayon, cadres commerciaux et agents de maîtrise), soit presque un quart de la masse salariale « encadrement ». Prémices d’un vaste plan social ?

AXA : Avec un chiffre d’affaire en hausse de 10%, l’effectif des salariés est passé de 24 530 en 2013 à 23 862 en 2014, soit une destruction de 668 emplois en 1 an (rapport annuel AXA). Par contre, l’assureur détient le record 2015 du plus important verseur de dividendes de l’hexagone avec 2,7 milliards $.

EDF : A annoncé un programme de suppression de 4000 postes sur 3 ans à compter de 2016.

La Poste – Le plus gros bénéficiaire du CICE – Selon le bilan social 2014, près de 5000 postes ont été supprimés cette année là – En 2013, la poste en avait déjà supprimé 4500 – Pourtant le groupe a vu son chiffre d’affaires progresser de 2,1 % en 2014, atteignant un record avec 22,2 milliards d’euros.

Orange : Lors de la présentation de son nouveau plan stratégique au Grand Palais de Paris, le 17 mars 2015, le PDG Stéphane Richard annonce que sur les 25 000 départs à la retraite en France, s’étalant de 2015 à 2020, seulement 1900 seront remplacés en 2016 et 2017. Là encore, le groupe détruit plus d’emplois qu’il n’en crée.

PSA : Entre 2014 et 2016, 11 200 salariés doivent quitter le constructeur, dont plus de 8 000 personnes dans le cadre d’un plan de sécurisation de l’emploi.

SNCF : 1 400 emplois sont supprimés au budget 2016. Mais un rapport remis par le cabinet Degest au comité d’entreprise prévoit une suppression totale de 9000 postes d’ici 2020.

Bilan en emplois 

57.000, c’est le nombre d’emplois qui a été crée dans le secteur privé entre mi-2013 et mi-2015 (Source les Echos du 18 janvier 2016). L’OCDE avance timidement le chiffre de 120 000 emplois depuis la création du CICE, sans trop savoir s’il s’agit de créations ou de maintiens de postes. On est loin, mais très loin, des 1 million d’emplois promis ! Quoiqu’il en soit, ces chiffres en disent long sur le tournant historique pris par le Parti socialiste en faveur d’une politique libérale qui frise l’indécence.

La Nouvelle Gauche Socialiste demande que l’allègement des charges inhérentes au CICE soit accordé de manière progressive aux entreprises, et scrupuleusement conditionné à un cahier des charges mentionnant le nombre de contrats de travail effectivement conclus.

3 Commentaires

  1. Lucien KRISTOFIC

    Il faut réagir vigoureusement

    Répondre
  2. Joël VILLAIN

    Article très juste et complètement nécessaire, à diffuser largement..

    Répondre
  3. Jean Claude Maurin NGS Gard

    Face à cette situation dramatique au niveau de l’emploi et par conséquence face à la dépense inutile des deniers publics nous devons changer rapidement de logiciel afin par une politique publique d’arriver à résoudre le chômage qui est un des importants fléaux actuellement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *