La tournée d’adieux de Valls et Cambadelis

Colomiers étape 1

 

Comme l’a précisé avec Humour Jean Luc Mélenchon dimanche à Toulouse, devant 2500 « insoumis », Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadelis débutent leur tournée d’adieux à Colomiers.

Et cette dernière commence plutôt mal. Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis accompagnés du dernier carré de fidèles : les ministres bien dans la ligne, la présidente du Conseil régional d’Occitanie, le président du Conseil départemental de la Haute-Garonne et le fidèle Christophe Borgel, ont rempli péniblement les 1100 places de la salle municipale.

Il faut noter l’absence de la plupart des députés de la région, notamment Valérie Rabault, députée du Tarn et Garonne et rapporteure générale du budget, Philippe Martin, ancien ministre de l’écologie, député et président du Conseil départemental du Gers, ainsi que tous les députés PS de Haute Garonne excepté Christophe Borgel. Même l’ancien maire, Pierre Cohen, a publié un communiqué pour expliquer pourquoi il n’irait pas à Colomiers. On peut ainsi y lire :  » « On nous propose une rencontre que je définirais comme un OVNI, après la Belle Alliance Populaire, Hé Ho la Gauche et toutes les tentatives infructueuses d’occuper un espace politique qui mérite plus qu’un coup médiatique pour faire oublier les rentrées avortées de la Rochelle ou de Nantes ». Les coups de menton n’impressionnent plus personne. Les députés, maltraités par les 49.3 successifs, n’acceptent plus les ordres de Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis.

Si Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis ont réussi le tour de force de ne rassembler que le dernier petit millier de leurs partisans, ils ont en revanche, mobilisé les opposants. Ils étaient environ 500, d’après les forces de l’ordre, sur la place de la mairie de Colomiers, rassemblés en contre meeting sous l’appel des syndicats, Sud, CGT et FSU. « Non à la loi travail et son monde ! » disait une pancarte, quand une autre, en forme de cercueil, lançait : « ci-gît le Parti socialiste ». Stéphane Boras, représentant du syndicat Sud, ne mâchera pas ses mots: « Ce qui est le plus détestable, c’est que Manuel Valls vient ici […] au nom de la république, dans le pays de Jaurès, et que ce qu’il défend lui comme République est aux antipodes de ce que nous défendons en termes de fraternité et de justice sociale ». Une provocation supplémentaire en somme.

Quant au dispositif de sécurité en charge de protéger le bunker socialiste, on a dénombré pas moins de 500 hommes mobilisés. Compagnies de CRS stationnées par dizaines, policiers patrouillant arme à la hanche, barrières antiémeutes dressées bien en amont du modeste Hall Comminges, à n’en pas douter, le dispositif était à la hauteur de l’impopularité, dans une ville qui fut pourtant un fief du PS. On n’ose imaginer ce qu’aurait donné en matière de maintien de l’ordre l’université d’été du PS à Nantes, si celle-ci avait eu lieu.

Combien de policiers et gendarmes vont ils être mobilisés lors des prochaines étapes de cette tournée d’adieux ?

Car c’est une première dans notre pays que de voir un parti dit de « gauche » obligé de faire protéger massivement ses meetings. Cela devrait interpeller les hiérarques socialistes quant à leur avenir !

Ce mauvais départ confirme qu’il s’agit bien d’une tournée d’adieux, la tournée de trop! Peut être est il encore temps de renoncer car on n’ose imaginer une campagne présidentielle, où le candidat du PS serait protégé par des forces de l’ordre et contredit par des opposants tout aussi nombreux que ses partisans!

 

Jean Bachèlerie, NgS 31

Marianne Nedyj, coordinatrice NgS.

 

1 Commentaire

  1. michele gerbaud

    Triste période, notre gouvernement a essuyé le maximum de plâtres, et cette période ne veut pas dire que c est la fin du peuple de gauche, « tous vivants, la banane…. » nous n abandonnerons le mouvement ainsi après tant d erreurs commises, des maladresses surement, mais des situations climatiques dont nous ne sommes pas complètement responsables, et l évolution internationale dans les pays en crise… nous devons être positifs, nous unir contre la mondialisation qui nous impose ses règles et nous étouffe. Victimes les cultivateurs, les pme, les jeunes les anciens, les gens simples donc rejoignons les jeunes volontaires pour remonter le pays avec plus de solidarité, de fraternité et de tolérence, dans le respect de nos fondamentaux

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *